C.J. Walker : la première millionnaire afro-américaine des États-Unis

Fishwrap - Jenny Ashcraft - 4 février 2020

.            Au début des années 1900, Sarah Breedlove Walker a réalisé ses rêves. Ses produits capillaires ont connu un succès retentissant et Walker est devenue la première femme afro-américaine millionnaire et philanthrope autodidacte.

.            Née en 1867 dans une plantation de coton près de Delta, en Louisiane, Sarah était la fille d'esclaves affranchis et orpheline dès l’âge de 7 ans. Mariée à 14 ans, elle s'est retrouvée « veuve » et mère célibataire à l'âge de 22 ans.

Madame C.J. Walker dans son modèle T

.            Luttant pour survivre, Sarah et sa fille ont déménagé à Saint-Louis où elle a travaillé comme blanchisseuse. Sarah a gagné juste assez pour envoyer sa fille à l'école et a pris des cours du soir chaque fois que possible. Elle s'est mariée une seconde fois, mais le mariage s'est terminé par un divorce.

À cette époque, Sarah a connu des problèmes de cuir chevelu qui lui ont fait perdre les cheveux. Elle a essayé toute une variété de remèdes pour guérir la maladie, mais sans succès. Ironie du sort, Sarah a obtenu un emploi dans la vente de produits capillaires et a déménagé à Denver, au Colorado, où elle a rencontré Charles J. Walker, qui allait devenir son troisième mari. Il travaillait dans la publicité et a ensuite été d’un grand support pour promouvoir son entreprise.

.            Une nuit, Sarah fit un rêve dans lequel elle vit un homme qui lui indiqua quels ingrédients utiliser pour fabriquer une ligne de produits capillaires pour les Afro-Américains. Quand elle s'est réveillée, elle a préparé la concoction et s’est frictionné le chevelu. Après quelques semaines, elle a remarqué que ses cheveux repoussaient plus vite qu'ils étaient tombés. Les problèmes de cuir chevelu qui la tourmentaient disparurent.

Sarah décida alors de fonder sa propre entreprise en 1903, l'appelant « Madame C. J. Walker ».

.            La société Madam C. J. Walker a révolutionné les soins capillaires pour les femmes afro-américaines, avec son protocole de soins capillaires, le « Walker System » basé sur la vente directe des produits à des clients afro-américains. Sarah a également embauché une équipe de vendeuses, connues sous le nom de Walker Agents, qui ont contribué au développement de ce modèle de vente directe et en faisant du porte à porte dans leurs propres communautés noires à travers le pays. L'entreprise a ouvert une école de beauté à Pittsburg, puis d’autres dans d'autres villes.

La valeur nette de Sarah augmentait avec la taille de l'entreprise. Un an avant que les femmes aient le droit de voter en Amérique (*), Sarah était devenue la première femme millionnaire afro-américaine autodidacte du pays.

.             Elle a acheté des maisons luxueuses dont la Villa Lewaro à Irvington-on-the-Hudson à New York, conçue par l'architecte noir Vertner Taney, le premier architecte afro-américain enregistré dans cet État.

Madame C.J. Walker dans son modèle T

Environ un an après avoir emménagé à Villa Lewaro, Sarah est tombée malade en voyage. Elle est décédée en 1919 d'une insuffisance rénale.

(*) - Le 19ème Amendement, accordant le droit de vote aux femmes a été voté le 10 janvier 1918 à la Chambre des Représentants et le 4 juin 1919 au Sénat.