Le « nouveau monde » dessiné et baptisé à Saint-Dié

Tandem – Septembre 2021

En 1492, la découverte de l'Amérique repousse les limites du monde connu. Les premiers contours de ce « nouveau monde » ont été dessinés et baptisés à Saint-Dié, dans les Vosges, ville considérée aujourd'hui comme la capitale mondiale de la géographie.

En route vers l'Asie

.            XVe siècle, la géographie en est à ses balbutiements. En cette fin de Moyen Âge, l'obscurantisme règne sur fond d'inquisition. L'Église catholique et certains savants soutiennent encore que la terre est plate (Note 1) De leur côté, les explorateurs décrivent, au-delà des terres connues, des mondes mythiques et des mers peuplées de monstres marins, C'est le moment où le Portugal, pour développer le commerce des épices et de l'or vers l'Asie, se lance dans une véritable politique navale. Les routes terrestres vers la Chine et l'Inde étant devenues incertaines depuis la prise de Constantinople par les Turcs en 1453, les expéditions se feront désormais en contournant l'Afrique par sa côte atlantique.

Cette ambition est rendue possible par de grandes innovations, Les caravelles, ces navires rapides, maniables, capables d'affronter des vents latéraux ou contraires, permettent de longues expéditions. L'invention d'instruments, comme la boussole et les quadrants, et les progrès réalisés en cartographie rendent la navigation plus précise. Enfin, jusqu'à ce que Christophe Colomb ose mettre le cap plein ouest.

Malgré sa découverte, Christophe Colomb n'ayant jamais souscrit à l'idée d'avoir découvert un nouveau continent, ce fût en référence au   navigateur florentin, Amerigo Vespucci (1454-1512), que cette nouvelle terre fût baptisée « America » à Saint-Dié.

Les Vosges, haut lieu de l'élite scientifique

.            Nous sommes en 1500. L'Humanisme se propage en Europe, notamment grâce à l'invention de l'imprimerie par Gutenberg cinquante ans plus tôt à Strasbourg.

Le chanoine Vautrin Lud fonde le Gymnase Vosgien au sein de l'école ecclésiastique de la collégiale de Saint-Dié. Ce centre d'études dédié, entre autres, à la géographie et la géométrie est situé sur la route qui relie les principaux centres intellectuels de l'époque (Paris, Strasbourg, Sélestat, Heidelberg ou encore Fribourg). La présence d'une importante imprimerie permet de diffuser rapidement et en masse les traités et les cartes qui y sont édités. Autant d’éléments qui ont fait de Saint-Dié un carrefour de l'Humanisme au XVIe siècle.

Ce n'est pas un hasard. René II (1451-1508), duc de Lorraine et passionné de géographie, est un personnage clé de cette histoire. Il connaît les travaux du grec Ptolémée, notamment sa Géographie (Note 2), dont la redécouverte, en Europe au XVe siècle, va relancer l'étude de la géographie mathématique et de la cartographie. En 1507, il confie à Vautrin Lud et au dessinateur cartographe et imprimeur allemand, Martin Waldseemüller, les récits des quatre expéditions menées entre 1497 et 1504 par Amerigo Vespucci : « Mundus Novus » (Le nouveau monde), publié en 1502. Passionnés par la précision de ses récits et descriptions, ils décident d'en tirer un planisphère et un livret explicatif de 52 feuillets : la Cosmographiae introductio. Martin Waldseemüller y explique pourquoi il a souhaité baptiser ce nouveau continent « America » et édite la traduction en latin des récits de voyages de Vespucci par Jean Basin.

Une innovation « made in » Saint-Dié !

« Universalis cosmographia secundum Phtolomaei traditionem et Americi Vespucii aliorumque lustrationes » (Cosmographie universelle selon la tradition de Ptolémée, et les relevés de Vespucius et d'Americus) -Médiathèque intercommunale de Saint-Dié-des-Vosges

.            Cette mappemonde, la première carte sur laquelle apparaît le mot « America », est aussi la première carte murale du monde réalisée par la technique de l'imprimerie. De grand format (1.290 x 2.320 mm), non coloriée, elle fut imprimée selon la technique de la xylographie sur douze planches séparées de 430 x 590 mm chacune. L'ensemble représente la forme de la terre grâce à une modification de la projection conique de Ptolémée où les méridiens sont incurvés ; un type de représentation qui marqua profondément la cartographie. Le planisphère est cordiforme (en forme de cœur), surmonté par deux médaillons : à gauche, Ptolémée, à droite, Amerigo Vespucci. Suivant la tradition de l'époque, l'Europe, l'Afrique et l'Asie sont placées au centre du document, Et c'est sur la gauche qu'il faut chercher la nouveauté : les deux parties du nouveau continent sont séparées par un détroit, entourées d'eau et de toute évidence non rattachées à l'Asie comme le croyait Christophe Colomb. Le mot « America », qui apparaît pour la première fois, est placé assez bas, plutôt vers le sud de l'Amérique latine actuelle.

Une carte à jour du savoir de ses auteurs

.            Le travail sur le tracé des continents américains est assez approximatif. En effet, Waldseemüller se base uniquement sur des cartes marines (principalement le planisphère de Caverio ou des documents issus d'une source commune) qui ne représentent pas encore les côtes ouest des Amériques, car seule la partie atlantique a été explorée. Waldseemüller est donc obligé de tracer lui-même les limites ouest des nouveaux continents.

Pour l'Amérique du Sud - l'Isthme de Panama n'étant pas connu - il relie le nord et le sud par deux traits quasiment rectilignes et transforme ainsi le continent en île. Pour l'Amérique du Nord, il élude le problème en plaçant l'échelle des latitudes à l'emplacement de la côte ouest. La côte ouest de l'Amérique du Sud est, quant à elle, remarquablement stylisée par deux lignes droites. Ainsi, le planisphère de Waldseemüller représente deux continents séparés ; de petits arrangements repris, par la suite, par d'autres géographes.

Un trésor conservé à Washington

.            Si l'on sait que ce planisphère a été imprimé en 1.000 exemplaires diffusés dans toute l'Europe, un seul est à ce jour connu. Depuis 2007, il est exposé à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis (Washington D.C) qui l'a acquis, en Allemagne, en 2001. La ville de Saint-Dié en possède une copie et détient deux originaux du livret Cosmographiae introductio de Mathias Ringmann

.            C'est également à Saint-Dié que Martin Waldseemüller, à la demande de René Il, réalise et imprime la toute première carte de la Lorraine, en 1508, puis celle de l'Alsace deux ans plus tard.

Note 1 - L'astronome grec, Ératosthène de Cyrène, a démontré que la Terre est ronde, 200 ans avant notre ère.

Note 2 - Un ouvrage de référence où Ptolémée décrit la totalité du monde connu aux environs de 125 après JC, qui a servi de guide à tous les voyageurs et navigateurs jusqu'au XVe siècle.