2005 Le Maine

 

 

COOL AS A MOOSE (Content comme un élan ou être heureux dans le Maine.)

Samedi 17 septembre : welcome to Winchester.

Rendez-vous a été donné à tous les participants, français et américains, chez Judie & Alberto Muggia pour un cocktail dînatoire très animé permettant à chacun de se retrouver ou de faire connaissance pour ceux qui découvrent Winchester. Ensuite, chacun repart dans sa famille d’accueil pour récupérer le décalage horaire et être fin prêt pour le départ fixé le lendemain matin à 9H00.

Dimanche 18 septembre : en route vers le Maine

Le groupe est constitué de 9 américains et de 11 français, puisque Janine Basseguy a été hospitalisée ce matin (elle sortira de l’hôpital le jeudi et rentrera en France le vendredi).  Nous faisons connaissance de notre guide, Ann, et de notre chauffeur, Paul. C’est parti pour une semaine à la découverte du Maine. Pendant le trajet, première occupation très importante : nous devons choisir les menus pour les dîners à venir. Ann nous fait découvrir les premières particularités de la région. Ainsi, sur les plus anciennes maisons, la cheminée peinte en blanc cerclé en haut de noir signifiait les sympathies des habitants pour les anglais.

À l’entrée dans l’état du Maine, nous faisons une brève halte au « Visitor’s Center », ce qui nous permet de nous munir de cartes et brochures et de goûter les pommes de la région, particulièrement réputées.

Ensuite, nous nous arrêtons au phare de Nubble, le premier des 63 phares de l’état que nous ne verrons, bien évidemment, pas tous.

Puis c’est Perkins Cove pour le déjeuner avant de prendre un bateau pour nous initier à la relève des casiers de homard. Le Maine produit 18 000 tonnes de homard par an, notamment pour l’exportation. L’après midi se poursuit par une marche sur le Marginal Way où nous croisons la célébration d’un mariage « latinos » sur la plage et la voiture des mariés peinte en rouge et blanc, tachetée comme une vache et ornée à l’avant d’un grand joug !

Puis c’est l’arrivée à l’hôtel de Kennebunckport après avoir vu au passage la presqu’île bien gardée de la famille présidentielle (propriété de Georges Bush père).

Lundi 19 septembre : trolley et voilier

La journée débute par un shopping au village dont certaines maisons sont construites sur pilotis près de l’embouchure de la rivière.  En fin de matinée nous visitons le musée du trolley, Seashore Trolley Museum. La visite est assurée par des guides bénévoles, retraités et enthousiastes, ravis de faire fonctionner pour nous leurs jouets grandeur nature sur de vrais rails : on nous emmène faire un grand tour en forêt avant de nous ramener au musée très bien pourvu en magnifiques machines de tous les pays, et en état de marche bien sûr. On sort devant nous un curieux trolley à étages en escalier, qui circulait dans Montréal pour promener 50 touristes sur la montagne de 1905 à 1958.

Amusant : les dossiers de trolley basculent, permettant ainsi d’être en permanence dans le sens de la marche.

À noter : www.ohtm.org. Et si nous trouvons un trolley français, ils sont près à l’acheter, cela leur manque !

Après un pique-nique au soleil, nous reprenons notre périple. En cours de route, nous nous arrêtons à Topsham pour acheter du vin avant d’appareiller en fin d’après-midi, dans la grande tradition de la marine à voile. Un schooner tout neuf appelé Heron, très fin, tout en bois, barré par le capitaine anglais, nous entraîne au large, afin que nous fassions le retour en admirant le magnifique coucher de soleil.  Les appareils photographiques sont sur le point de surchauffer. C’est le moment où la femme du capitaine et ses deux ravissantes petites filles nous servent de délicieux amuse-gueules pour accompagner les bouteilles qui circulent. Puis c’est le retour à l’hôtel pour le dîner.

 Mardi 20 septembre : avions et homard

La matinée commence par une halte à Homestown, à la boutique d’objets en bois de la prison locale, pour acheter les œuvres des prisonniers de la prison d’état.  Puis c’est la visite d’un grand musée des transports (Owl Head Transportation Museum) : moteurs (celui du bateau African Queen), voitures, vélos, avions (celui des frères Wright, premier engin volant capable de tourner en l’air en décembre 1903), voiture ambulante pour vendre des pop-corn, voiture de pompier de 1918, il y a cette fois de tout sauf des trolleys.

Déjeuner au choix dans un des nombreux restaurants de la ville de Camden. Ensuite il pleut des trombes sur la route vers le parc d’Acadia et notre hôtel à Bay Harbor.  Le dîner (à 17H30 ?) nous permet de découvrir les spécialités de la région, et notamment, le fameux homard. En quittant le restaurant, la pluie a cessé et une partie du groupe des français rêve d’un bar avec musique. Après avoir cherché longtemps, nous trouvons un bar, sans musique, mais avec deux téléviseurs projetant un match de baseball et un tournoi de poker. À 20h15 (le milieu de la nuit !) nous reprenons la dernière navette pour l’hôtel Regency.

 Mercredi 21 septembre : Acadia National Park

Non seulement le beau temps est revenu, mais il ne va plus nous quitter. Un excellent guide nous fait visiter le parc d’Acadia. Il nous fait découvrir rapidement l’essentiel, pour que nous puissions choisir notre programme des deux jours qui viennent selon nos goûts, et nous explique la vie ici l’hiver (jusqu’à – 50° C), la faune (ah oui, il y a des ours et des élans…) et la protection du parc. Il nous arrête d’abord en haut du mont Cadillac (465m, la plus haute montagne de la côte du Maine, vue époustouflante sur la côte découpée comme une main par un beau soleil). Des rangers aident les visiteurs à observer les oiseaux de proie. Puis nouvel arrêt à Thuder Cove, crique de roches rouges façon roches de l’Esterel.

Situé sur l’île Mount Desert, ce parc s’étend sur 14 000 hectares. Une « Loop Road » permet de le parcourir en profitant des lacs, presqu’îles, minuscules plages ou ports de pêche, mais pour l’essentiel, la nature est ici totalement préservée, car les premiers milliardaires arrivés dans l’ile ont bien compris qu’il fallait la protéger. On y pratique toutes sortes d’activités de plein air, kayak de mer, VTT, équitation, promenade en calèche et randonnée.

L’après-midi, les courageux partent à vélo, d’autres partent découvrir les criques les plus éloignées, grâce aux navettes gratuites qui sillonnent le parc, les derniers se contentent d’une balade à pied. La mer est trop froide pour la baignade, mais l’eau de la piscine de l’hôtel est bien chauffée.

Après le repas à l’hôtel, un petit groupe se réunit autour de Sydelle, Lucy et sa fille Abbie pour terminer la soirée en jouant et en chantant en français et en anglais.

Jeudi 22 septembre : en liberté dans le parc

On a quartier libre, mais ici ou là, nous allons presque tous nous retrouver à un moment ou à un autre. Ce matin tout le monde a pris la première navette, soit pour louer des vélos, soit pour se promener en ville, soit pour visiter un musée, soit pour partir en randonnée à pied ou en calèche (pour une dizaine de personnes).

Tout le monde se retrouve pour le dîner en ville au Rupununi. Annette nous offre à tous de la part du jumelage un gros pot de confiture de Blueberry, une autre grande spécialité locale.

 Vendredi 24 septembre : Bath, Freeport, Portland

La journée débute sous le soleil pour visiter le musée maritime du Maine, à Bath, avec un guide américain et une guide née en France, Myonne Lee, qui vit ici depuis plus de 40 ans. Le musée est passionnant, avec ses anciens ateliers le long de la rivière très profonde : d’ici ont été lancés plus de 4000 bateaux, dont le premier bateau anglais construit en Amérique (1608), le Virginia.

L’après-midi est consacré au shopping à l’américaine dans un des plus grands magasins d’usine de la région, à coté de Freeport : un vrai village de plus de cent boutiques de marque, restaurants autour du fameux LL BEAN (ouvert 365 jours/an et 24H/24).

Arrivée à Portland pour dîner sur un ancien ferry transformé en restaurant flottant, le Di Milo : soupe de palourde et coquilles saint-jacques sautées, crumble de bleuet. Notre chauffeur aussi nous fait un cadeau, il nous laisse 1 heure de quartier libre dans les rues de Portland avant de nous ramener à l’hôtel, ici il y a beaucoup de boutiques ouvertes, de bars, tous avec musique. Il faut dire qu’on est vendredi soir, c’est très animé.

Samedi 25 septembre : Portland et soirée d’adieu à Winchester

Visite de Portland, ville de 65 0000 habitants, et plus grande ville du Maine. Notre guide local connaît la ville, son histoire et ses maisons sur le bout des doigts, c’est passionnant et disproportionné : si le Maine est l’état le moins peuplé de l’Union, c’est aussi un des plus chargé d’Histoire, et presque tout semble s’être passé ici ! Depuis sa fondation en 1632, la ville a souffert de guerres contre les indiens et les anglais et d’incendies (4 en tout, dont un déclenché par des gamins et leurs pétards). Coup d’œil à la statue du poète Longfellow, né ici.

Visite du musée d’art, très intéressant, et très lumineux, construit par PEI. Il réunit des œuvres de l’école américaine (une salle entière consacrée à Winslow Homer) ou des impressionnistes. Une exposition temporaire présente des œuvres de Rockwell Kent, qui a séjourné notamment au Groenland et qui peint la neige et la glace avec une impressionnante technique.

Encore une adresse : www.portlandmuseumofart.org

Nous reprenons le car pour aller sur l’autre rive admirer le phare de Portland, puis nous avons déjeuner libre.

Retour à Winchester pour se préparer à la soirée du jumelage qui réunit tout le monde (participants et membres du jumelage) autour d’un BBQ géant. Fabrice Ravel (conseiller municipal en charge des jumelages) a fait l’aller-retour pour marquer l’importance de l’amitié entre nos deux cités à l’occasion du 15ème anniversaire du jumelage entre Winchester et Saint-Germain-en-Laye. Un orchestre, composé d’un guitariste chanteur qui a vécu à Saint-Germain, de sa femme coréenne à l’accordéon et d’un clarinettiste canadien, assure l’ambiance.

Dernière surprise : Jack Roll nous remet un grand livre de photos du Maine, par un artiste (R. Griffin) de Winchester, c’est un très beau souvenir et peut être une incitation à y revenir à une autre saison.

Dimanche 26 septembre :  dernières heures à Winchester

Chacun profite de la dernière matinée pour visiter Winchester et ses environs en attendant de partir pour l’aéroport, qui pour Paris, qui pour poursuivre son périple vers New York ou Washington.

Tout le monde attend impatiemment le programme du prochain voyage prévu en 2006 en France (Périgord ?). À suivre…

Remerciements particuliers à Cynthia Latta et Ed Davis qui ont magnifiquement organisé ce voyage.

Sylvie Bernard & Jean Vidal.